DE LA “THEORIE DES DEUX ETATS ALLEMANDS” A LA RECONNAISSANCE. LES RELATIONS FRANCO-EST-ALLEMANDES DE 1958 A 1973

Données bibliographiques / Bibliografische DatenPrinter
Auteurs / Autoren:PFEIL, ULRICH;
Source / Fundstelle:IN: REVUE D'ALLEMAGNE ET DES PAYS DE LANGUE ALLEMANDE. 2002-34. NUMERO 1. P. 77 - 95.
Revue / Zeitschrift:Revue d'Allemagne
Année / Jahr:2002
Type / Typ:
Catégorie / Kategorie:
Mots clef / Schlagworte:AUSSENPOLITIK, BUNDESREPUBLIK DEUTSCHLAND (BRD), DEUTSCHE DEMOKRATISCHE REPUBLIK (DDR), Geschichte, INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, Ostdeutschland, OSTPOLITIK, ALLEMAGNE DE L'EST, DROIT INTERNATIONAL PUBLIC, HISTOIRE, POLITIQUE DE L'EST, POLITIQUE ETRANGERE, RELATIONS INTER-ALLEMANDES, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE ALLEMANDE (RDA), REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE (RFA), SED
APRES SON RATTACHEMENT AU BLOC SOVIETIQUE, DANS LES ANNEES CINQUANTE, LA RDA S'EFFORCA DE MENER UNE POLITIQUE DE RECONNAISSANCE. IL S'AGISSAIT POUR ELLE DE QUITTER SON ISOLEMENT INTERNATIONAL ET D'APPARAITRE COMME UN VERITABLE ETAT SOUVERAIN ET INDEPENDANT. AUSSI MULTIPLIA-T-ELLE LES CONTACTS AVEC L'ETRANGER ET, EN PARTICULIER, AVEC LA FRANCE, PAYS OCCIDENTAL QUI, A L'EPOQUE, LUI SEMBLAIT LE PLUS DISPOSE A LA RECONNAITRE DIPLOMATIQUEMENT. SI LES RELATIONS ENTRE LES DEUX PAYS S'INTENSIFIERENT, ELLES SE HEURTERENT TRES VITE AU PROCESSUS DE RECONCILIATION ENGAGE ENTRE LA FRANCE ET LA RFA. DANS CET ARTICLE, L'AUTEUR RETRACE ET ANALYSE LES POINTS FORTS DES RAPPORTS FRANCO-EST-ALLEMANDS DE 1958 A 1973. SA DEMARCHE CHRONOLOGIQUE EST DIVISEE EN DEUX TEMPS : 1. 1958-1969 : LA RDA ET LE GENERAL DE GAULLE ET 2. 1969-1973 : LA POLITIQUE FRANCAISE DE LA RDA FACE A LA NOUVELLE "OSTPOLITIK".

LE ROLE DES FONDATIONS POLITIQUES EN REPUBLIQUE FEDERALE D’ALLEMAGNE

Données bibliographiques / Bibliografische DatenPrinter
Auteurs / Autoren:SPEER, BENEDIKT;
Source / Fundstelle:IN: REVUE FRANCAISE D'ADMINISTRATION PUBLIQUE. 2001. NUMERO 100. P. 713 - 720.
Revue / Zeitschrift:Revue fran?ºaise d'administration publique
Année / Jahr:2001
Type / Typ:
Catégorie / Kategorie:Politiques, économie et société
Mots clef / Schlagworte:AUSSENPOLITIK, ENTWICKLUNGSPOLITIK, INTERNATIONALE BEZIEHUNGEN, Parteien (politische), Politik, POLITIK, AUSSEN-, POLITISCHE STIFTUNG, STIFTUNG, ZUSAMMENARBEIT, COOPERATION, FONDATION, FONDATION POLITIQUE, PARTIS POLITIQUES, POLITIQUE, POLITIQUE ETRANGERE, POLITIQUE EXTERIEURE, RELATIONS INTERNATIONALES
LES FONDATIONS POLITIQUES, CREEES POUR LA MAJORITE D'ENTRE ELLES A PARTIR DES ANNEES 1950, JOUENT UN ROLE PARTICULIEREMENT IMPORTANT EN ALLEMAGNE. PROCHES DES PARTIS POLITIQUES, ELLES DISPOSENT, MALGRE DES RESTRICTIONS BUDGETAIRES, D'UNE FORTE CAPACITE FINANCIERE. AUSSI ONT-ELLES PU, GRACE AUX CREDITS GLOBAUX ET A D'AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT, ETENDRE LEURS ACTIVITES. EN DEHORS DE LA FORMATION POLITIQUE QUI CONSTITUE LEUR VOCATION PREMIERE, ELLES INTERVIENNENT DE PLUS EN PLUS EN MATIERE DE RECHERCHE ET SURTOUT, DANS LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ETRANGERE ET DU DEVELOPPEMENT DE L'ALLEMAGNE.

LA PRATIQUE ALLEMANDE DE LA PROTECTION DIPLOMATIQUE

Données bibliographiques / Bibliografische DatenPrinter
Auteurs / Autoren:RESS, GEORG;
Source / Fundstelle:IN: FLAUSS, JEAN-FRANCOIS. LA PROTECTION DIPLOMATIQUE : MUTATIONS CONTEMPORAINES ET PRATIQUES NATIONALES. (DROIT ET JUSTICE). BRUXELLES. NEMESIS/BRUYLANT 2003, P. 121 - 151.
Année / Jahr:2003
Type / Typ:
Catégorie / Kategorie:
Mots clef / Schlagworte:AUSLANDSSCHUTZ, AUSSENMINISTERIUM, AUSSENPOLITIK, AUSWAERTIGES AMT, EUROPAEISCHE GERICHTSHOF FUER MENSCHENRECHTE, INTERNATIONALE BEZIEHUNGEN, KONVENTION ZUM SCHUTZ DER MENSCHENRECHTE VOM 04.11.1950, AFFAIRES ETRANGERES, CHANCELLERIE, CONVENTION EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME DU 04 NOVEMBRE 1950, COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME, DIPLOMATIE, DROIT INTERNATIONAL PUBLIC, MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, POLITIQUE ETRANGERE, POLITIQUE EXTERIEURE, PROTECTION, PROTECTION CONSULAIRE, PROTECTION DIPLOMATIQUE, PROTECTION EXTERIEURE, PROTECTION HUMANITAIRE, RELATIONS INTERNATIONALES
LE PRESENT ARTICLE A ETE REALISE A L'OCCASSION DE LA JOURNEE D'ETUDES ORGANISEE, LE 30 MARS 2001, PAR L'INSTITUT D'ETUDES DE DROIT INTERNATIONAL (UNIVERSITE DE LAUSANNE) A LA MEMOIRE DE GEORGES PERRIN. IL PORTE SUR LA PROTECTION DIPLOMATIQUE ET PLUS PRECISEMENT SUR SA CONSTRUCTION JURIDIQUE DEVANT LES JURIDICTIONS ET LA DOCTRINE ALLEMANDES (II), SES RAPPORTS AVEC LE DROIT INTERNE ALLEMAND ET LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME (III ET IV) ET SES DIFFERENTS DOMAINES D'EXERCICE (V). DEPUIS L'ADOPTION DE LA LOI FONDAMENTALE DE 1949, L'OBLIGATION DE L'ETAT DE PROTEGER SES CITOYENS A L'ETRANGER EST PARTICULIEREMENT DISCUTEE EN ALLEMAGNE. PAR AILLEURS, LES AUTORITES ALLEMANDES ONT ETE AMENEES A INTERVENIR A MAINTES REPRISES AUPRES D'AUTORITES ETRANGERES POUR PROTEGER DES RESSORTISSANTS ALLEMANDS. CETTE OBLIGATION, CONSIDEREE PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE COMME RESULTANT DE LA RELATION DE BASE ENTRE L'ETAT ET SES CITOYENS, S'IMPOSE NORMALEMENT A TOUS LES ORGANES ETATIQUES. MAIS, COMME LE SOULIGNE L'AUTEUR, LA PROTECTION DIPLOMATIQUE RESTE UN DOMAINE PRIVILEGIE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE SES REPRESENTATIONS. [BIBLI BIJUS: F. 75]

L’ALLEMAGNE ET LE KOSOVO: ENTRE L’ETHIQUE ET LA RAISON D’ETAT

Données bibliographiques / Bibliografische DatenPrinter
Auteurs / Autoren:LAROSE, MARTIN; LETOURNEAU, PAUL;
Source / Fundstelle:ETUDES INTERNATIONALES. JUIN 2002. VOLUME XXXIII. NUMERO 2. P. 275 - 303.
Revue / Zeitschrift:Etudes Internationales
Année / Jahr:2002
Type / Typ:
Catégorie / Kategorie:
Mots clef / Schlagworte:AUSSENPOLITIK, BUNDESREPUBLIK DEUTSCHLAND (BRD), BUNDESWEHR, INTERNATIONALE BEZIEHUNGEN, KRIEG, MILITAER, NATO, SICHERHEIT, SICHERHEITSPOLITIK, STREITKRAEFTE, VERTEIDIGUNG, ARMEE, ARMEE FEDERALE, DEFENSE, DIPLOMATIE, DROIT INTERNATIONAL PUBLIC, GUERRE, MILITAIRE, OTAN, POLITIQUE, POLITIQUE DE SECURITE, POLITIQUE ETRANGERE, POLITIQUE EXTERIEURE, RELATIONS INTERNATIONALES, REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE (RFA), SECURITE
LA POLITIQUE ETRANGERE ET DE SECURITE ALLEMANDE A CONNU UNE IMPULSION LORS DE LA PARTICIPATION DE LA RFA AUX BOMBARDEMENTS DE L'OTAN SUR LA REPUBLIQUE FEDERALE DE YOUGOSLAVIE EN 1999. LES AUTEURS EXAMINENT EN PREMIER LIEU LES REACTIONS DE L'ALLEMAGNE FACE A LA CRISE PUIS LA GUERRE AU KOSOVO SUR LE PLAN MILITAIRE MAIS EGALEMENT SUR LE PLAN CIVIL DANS LE DOMAINE DE L'AIDE AUX REFUGIES. DANS LA SECONDE PARTIE DE CET ARTICLE, LES AUTEURS REFLECHISSENT SUR LA PROBLEMATIQUE DE L'ETHIQUE ET DE LA RAISON D'ETAT. EN D'AUTRES TERMES, IL S'AGIT DE DETERMINER DANS QUELLE MESURE LA POLITIQUE ALLEMANDE PRISE DANS SON ENSEMBLE, C'EST A DIRE INCLUANT LE RECOURS A LA FORCE MILITAIRE, OBEISSAIT A DES CONSIDERATIONS MORALES MAIS AUSSI D'INTERETS NATIONAUX.

LES RELATIONS ECONOMIQUES ENTRE L’ALLEMAGNE ET LA RUSSIE

Données bibliographiques / Bibliografische DatenPrinter
Auteurs / Autoren:GOETZ, ROLAND; MEIER, CHRISTIAN;
Source / Fundstelle:POLITIQUE ETRANGERE. 3/2002. JUILLET-SEPTEMBRE 2002. P. 697 - 714.
Revue / Zeitschrift:Politique Etrangère
Année / Jahr:2002
Type / Typ:
Catégorie / Kategorie:Politik, Wirtschaft und Gesellschaft, Politiques, économie et société
Mots clef / Schlagworte:AUSSENPOLITIK, DEMOKRATIE, INDUSTRIE, INTERNATIONALE BEZIEHUNGEN, KOMMUNIKATION, Politik, POLITIK, AUSSEN-, Wirtschaft, COMMUNICATION, COOPERATION, DEMOCRATIE, ECONOMIE, POLITIQUE, POLITIQUE ETRANGERE, POLITIQUE EXTERIEURE, RELATIONS INTERNATIONALES
DANS CET ARTICLE, LES AUTEURS S'INTERROGENT SUR L'ETAT DES RELATIONS ECONOMIQUES ENTRE LA RUSSIE ET L'ALLEMAGNE. LES ENJEUX ECONOMIQUES NE DOIVENT PAS ETRE DISSOCIES DES ENJEUX POLITIQUES. A L'APPUI DE CHIFFRES RECENTS, ON CONSTATE QUE L'ALLEMAGNE EST LE PRINCIPAL PARTENAIRE COMMERCIAL DE LA RUSSIE. PLUS ENCORE, UNE VERITABLE COOPERATION ECONOMIQUE EXISTE ENTRE LES DEUX PAYS: PAR DE FORTS INVESTISSEMENTS DE L'ALLEMAGNE EN RUSSIE, PAR LA CREATION D'ENTREPRISES MIXTES, PAR L'IMPLANTATION DE FIRMES ALLEMANDES SUR LE SOL RUSSE OU ENCORE PAR L'ECHELONNEMENT POSSIBLE DU REGLEMENT DES ANCIENNES DETTES SOVIETIQUES. AU TRAVERS DE CES MECHANISMES, L'ALLEMAGNE ENTEND FACILITER A SON PARTENAIRE COMMERCIAL LA TRANSITION A LA FOIS VERS L'ECONOMIE DE MARCHE ET VERS LA DEMOCRATIE.