Le présent cahier juridique “Terrorisme et libertés publiques”, est écrit par Jacques Robert.

Ce cahier est ici proposé au format PDF texte.

Introduction:

Nous sommes ici aujourd’hui pour évoquer un problème difficile, actuel, dangereux et qui nous interpelle tous: à savoir les rapports s’il y en a entre le terrorisme et les libertés publiques. Je voudrais commencer par quelques considérations d’ordre général: si l’on parle aujourd’hui, de plus en plus, un peu partout dans le monde et notamment dans nos pays, des libertés publiques, ce n’est malheureusement pas parce qu’elles se portent bien. Au contraire, il semble, qu’en en parlant beaucoup, l’on veuille plutôt sensibiliser l’opinion aux dangers qui les menacent, môme dans les pays comme les nôtres qui sont tout de même à l’abri de la tentation totalitaire. Quand on regarde en effet le dernier rapport d’Amnesty International, on s’aperçoit que le bilan qui est fait par cette organisation est un bilan désastreux, puisque ce rapport portant sur l’année 1987 vient nous dire que l’usage des brutalités et de la torture est une pratique courante dans plus de 60 % des Etats-membres de l’Organisation des Nations Unies: ce qui veut dire que même des démocraties comme les nôtres ne sont pas à l’abri de ce genre d’abus, qui sont autant atteintes inadmissibles à nos libertés.
Quelles sont alors les raisons qui expliquent le déclin actuel des libertés publiques 7 Nous verrons que la quatrième intéresse directement le sujet que je traite aujourd’hui, ce qui me permettra dans une introduction tout à fait orthodoxe de retomber sur le sujet qui m’est proposé… Je crois qu’il y a quatre raisons qui expliquent le déclin des libertés dans les pays comme les nôtres.